Hélène, motarde et coqueluche du Trophée Roses des Sables 2017

Parmi les 124 équipages de cette édition, Hélène mérite un gros plan. Cette jeune fille incroyable vient simplement de réaliser un pari fou du haut de ses 24 ans: participer au Trophée Roses des Sables à moto et en solo.

En coulisse, son pygmalion de frère, qui avait déjà réveillé sa vocation, a quand même fait office de coach idéal et a préparé l’engin qui lui a permis d’aller au bout de son projet, auquel pas grand monde ne croyait. C’est en Haute-Savoie que la fratrie, passionnée de moto a grandi. A son jeune âge, Hélène n’a que six ans de pratique, mais elle a vu évolouer son aîné dès l’enfance, d’abord en enduro, puis en “montée impossible”, une discipline où les pilotes affrontent une côte naturelle, non revêtue et extrêmement difficile (plus de 45 % de dénivelé en général), ou réputée infranchissable.

On devine comment est né ce tempérament de feu qui l’a conduite à rouler en enduro avec son frère puis à s’attaquer à la montée impossible à son tour. Déjà contaminée par l’amour de la moto, c’est en feuilletant un magazine spécialisé en en décembre 2015 qu’Hélène a eu connaissance du Trophée Roses des Sables. ET belle coïncidence, sur la photo illustrant l’article, la pilote portait le même casque qu’elle, détail qui a généré un réel déclic: “Et pourquoi pas moi?”

Malgré des ligaments croisés à opérer et les avis des proches mitigés, elle a persévéré pour réunir le budget requis, particulièrement soutenue par son employeur qui a participé au financement de son rallye. Elle a suivi une préparation physique spéciale “bras-jambes” durant six mois et a persévéré pour être sur la ligne de départ à Biarrtitz.

Déjà à Tazarine, bivouac marquant la fin de l’épreuve sportive, elle a pu se réjouir avec les autres Roses, notamment l’équipage 27, “Les Roses du Mont Blanc”, ses anges gardiens pendant les étapes, qui la ravitaillaient, et conservait ses affaires à bord de leur 4×4 de sa victoire personnelle et collective. A l’évocation de la course, elle énumère beaucoup de moments forts: première journée chaotique, montée du diable inoubliable, paysages à couper le souffle, découragement lors de la tempête de sable, elle a vécu une aventure

Elle a également tenu à remercier l’équipe des ostheos qui se sont occupés d’elle tous les soirs et sans lesquels elle pense qu’elle n’aurait pas tenu le coup physiquement malgré son mental que nous qualifierons d’acier ! Soulagée et fière d’avoir accompli ce que peu de personnes croyait, elle savoure son exploit en toute modestie mais est devenue la coqueluche du raid: tous les soirs, lors de la projection du JT sur les bivouacs, ses apparitions étaient acclamées par toute l’assemblée.

Pour ce qui est de ses projets, elle nous a glissé qu’elle irait bien voir du côté des aurores boréales. Au regard de la passion et du courage dont elle a fait preuve pendant le Trophée Roses des Sables, nous ne doutons pas qu’Hélène saura trouver les routes qui lui permettront de garder son large sourire et son énergie à toute épreuve !

              
Ok