Le vrai désert sur un plateau

Ce matin est venu le temps de dire au revoir aux dunes de Merzouga. C’est avec un léger pincement au cœur que les Roses ont donc quitté le bivouac pour se lancer dans le marathon. Un décor presque surréaliste, a sublimé le parcours du jour sillonnant d’immenses plateaux totalement désertiques. Le vent aidant, elles en ont pris plein les mirettes !

Des visions hypnotiques

Les Roses ont attaqué la journée par une liaison routière de 40 kilomètres, jusqu’aux routes sinueuses de la palmeraie de Rissani. Après une sortie par la grande porte de la ville, et un passage au CP1, le tableau de ce mercredi était posé : grands plateaux encerclés de montagnes. Les premiers “oups” (et toi s les derniers!) de la journée, ont eu raison du pneu de l’équipage 36 au PK 16.3, sur la piste principale. Les prises de caps se sont enchainées jusqu’au premier col qui ouvrait le bal a un défilé de montagnes de part et d’autre de la trajectoire. D’immenses lignes droites, au beau milieu d’une vision incroyable ont prolongé le tracé du jour: brouillard au loin, fendu par les traînées de sable derrière les véhicules, et acacias façon mirage, la toile de fond était magique.
Le vent a fait son entrée en scène, peu avant l’arrivée d’un reg très caillouteux ET sinueux et la survenance de petits imprévus !

Les surprises du jour

La traversée d’un lac asséché a du être redirigée en convoi, l’équipe d’organisation partie en éclaireur ayant estimé que ce passage était trop risqué en début de marathon. A l’arrivée au CP1, au km84, c’est une tempête de sable qui est venue ajouter un peu de piment à cette journée particulière. Si les dunes de sable sont un cliché unanimement apprécié, l’immensité des plateaux vierges de toute trace ou végétation sont à couper le souffle et procurent un sentiment de liberté intense. Un passage ensablé plus mou s’est invité à la fête, exigeant pour certains véhicules un passage en vitesses courtes. La caravane a aussi croisé une femme seule, baladant son enfant dàns un landau au milieu de nulle part et ce n’était pas un mirage… Sur les pistes plus roulantes qui ont suivi, le 4×4 de l’équipage 17 à laissé son demi-train avant. Pris en charge par Mike 4, un des mécaniciens du rallye, l’équipage rejoindra le convoi après réparation.

Fin d’étape en apothéose

Les autres participantes ont franchi le CP2 dans une belle tempête de sable avant d’entamer un hors piste dans des contrastes de lumière somptueux où elles ont toutes dégainé leurs appareils photos. Petit bonus: la végétation en ombre chinoise, sous le soleil bas qui perçait les nuages et éclairait l’horizon.
Pour clôturer cette superbe journée, les Roses se sont principalement installées avant l’oued d’Oumjrane pour célébrer leur soirée 100% désert. Elles savent que tout se joue encore et ont profité de cette étape pour tenter de belles coupes. La compétition bat son plein et la nuit sous les étoiles démarre sous les meilleures auspices avant le 2ème round du marathon !

              
Ok